De quel genre de Dieu le monde a-t-il besoin?

Certaines conceptions transmises au sujet du divin entrent en contradiction avec ce que nous ressentons au plus profond de nous. Il y a des personnes qui choisissent de jouer les rebelles et de rejeter les croyances reçues afin de redéfinir ce qu’est Dieu pour eux. Au Québec, lors de la révolution tranquille en 1960, les églises se sont vidées. Nous avons senti un rejet collectif de cette relation de soumission. Il y a eu un passage important : beaucoup ont commencé à dissocier Dieu de la religion. Ils se sont permis de repenser le concept.

Mais d’autres se positionnent par rapport au divin à partir des croyances reçues, sans oser les remettre en question. Ce fut le cas pour tous ceux et celles qui ont mis Dieu au rancart après la Grande Noirceur. Les gens se sont dit : « Si c’est ça Dieu, je n’en veux pas! » Ils l’ont remis dans son monde en faisant comme s’il n’existait plus. Plusieurs se sont déclarés athée parce qu’ils ne croyaient pas en un dieu qui joue la police. Or, ils ne croient pas en ce type de dieu mais croiraient-ils en un Dieu amour? Très souvent, l’enjeu ne se trouve pas dans l’existence du divin mais plutôt dans la définition que nous en avons.

Nous sommes dans une ère de grand ménage spirituel au Québec et j’avoue que c’est une excellente nouvelle! Parce qu’il nous est permis de tout remettre en question et personnellement, je m’en donne à coeur joie. Pouvez-vous en dire autant?

4 Commentaires
  1. Auteur
    Marie-Josée Arel 4 années Il y a

    Chère Madeleine! Quelle histoire que la vôtre, quel chemin parcouru, wow! La route n’est pas toujours facile, mais quand on s’ouvre, cela fait une différence. Vous êtes très courageuse et inspirante dans votre façon de vous relever et de ne jamais avoir abandonné. Je suis certaine que vos paroles sont un pur réconfort pour plusieurs d’entre nous. Merci de votre confiance! Et MERCI pour cette belle image qui vient de vous: Dieu est une famille dont nous faisons partie. Bonheur à vous, MJ

  2. Madeleine Faniel 4 années Il y a

    J’aimerais ajouter un commentaire concernant les fausses conceptions qu’on a pu se faire de Dieu. …Me vient à l’esprit un verset biblique : ” Il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçu” (Jean 1,11) En effet, nous ne l’avons pas reçu tel qu’Il est! Nous lui avons prêté de mauvaises intentions! Et beaucoup l’ont mis de côté parce qu’ils ne le connaissent pas véritablement. Beaucoup, aussi, ne veulent tout simplement pas le connaitre, trop occupés qu’ils sont par tout autres choses… Mais quand le monde va mal, plusieurs s’empressent de pointer Dieu pour l’accuser d’être à la source des malheurs de l’humanité! Il me semble que Jésus, lorsqu’on l’a accusé de chasser les démons par la force de Béelzébub, a répondu à cette fausse conception qu’on se faisait de Dieu, en déclarant : ”Tout royaume divisé contre lui-même ne peut subsister!” (Matthieu 12, 25) Comment, en effet, Dieu pourrait-Il avoir tout créé avec tant de beauté et d’amour ; comment pourrait-Il aussi, avoir ”tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle” (Jean 3,16) tout en étant la cause et la source des malheurs de l’humanité??? Logiquement…Non! En aucune façon le mal ne saurait venir de Dieu! Dieu est au contraire venu nous en libérer !!! Et je puis humblement dire d’expérience qu’Il ”est proche de ceux qui se confient en Lui!” Ne doutons donc jamais de SA FIDÉLITÉ À NOUS VOULOIR DU BIEN! Oui, Dieu est FIDÈLE…mais respectueux de nos choix!… Je vous quitte, mais non sans réaffirmer : Dieu est une famille dont nous faisons partie! Ne nous éloignons donc pas de la maison!…Que notre cœur soit notre boussole! MF

  3. Rolande 4 années Il y a

    Bonjour Marie-Josée,

    Je ne sais pas Marie-Josée, si tu as vu le film d’un jeune cinéaste, qui a pour titre L’Heureux Naufrage. Si non, c’est un film à voir…Un jour, j’ai été invité pour aller visionner ce film. Je pensais, qu’il n’y aurait pas beaucoup de monde… Surprise, l’auditorium était pleine à craquer, des gens de tous âges…Wow! Je salue l’audace de ce jeune cinéaste, d’avoir amener la spiritualité sur la place publique…
    Ce film nous laisse avec des questionnements, tels que: Y’a-t-il quelqu’un, qui pourrait m’aimer? Y’a-t-il quelqu’un qui pourrait m’aider dans cette vie, sur cette terre? Y’a-t-il quelqu’un? C’est la chanson de Damien Robitaille, y’a-t-il quelqu’un? Que l’on entend dans le film et qui décrit bien d’après-moi le questionnement que peux avoir notre génération d’aujourd’hui! Il existe un vide spirituel, nous sommes en recherche de qui nous sommes réellement, de découvrir notre être profond et quel est le sens de notre vie?
    J’ai fait de la pastorale scolaire au primaire, pendant plusieurs années…Je voulais que les jeunes découvre qu’une présence aimante existe en nous, qu’elle désire notre bonheur et qu’elle désire nous rencontrer…C’est à chacun(e) de nous d’ouvrir son coeur…
    Marie-Josée, tu es quelqu’un qui a su ouvrir son coeur et parler de ton expérience spirituelle, continues de répandre cette belle lumière qui t’habites…

    • Auteur
      Marie-Josée Arel 4 années Il y a

      Merci beaucoup Rollande! Ton désir m’encourage, continue à oeuvrer à ta façon, c’est important!! Je vais justement visionner ce film aujourd’hui, je vous en parlerai sûrement éventuellement. Bonheur et joie! MJ

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2019 Marie-Josée Arel

Politique de protection de la vie privée | Termes et conditions | Témoignages | Contact

Conception et rédaction : Emmanuelle B. Communications | Réalisation : Bonheur en vrac

Facebook Youtube twitter

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?