T’arrive-t-il de penser à ce projet, ce changement, cette folie que tu réaliserais si tu avais pleinement confiance en toi? Bien que je respecte ton jardin secret, j’espère que tu y cultives certains rêves FOUS.

Car même si mon statut d’ex-religieuse pourrait sous-entendre que je suis sage, ne te fie pas aux apparences! Il faut de l’audace et une dose de folie autant pour entrer dans une communauté religieuse que pour en sortir.

Ma propre vie est parsemée de moments d’inconscience où je me suis jetée dans un projet inhabituel, dans une aventure folle sans trop réfléchir aux conséquences. Un peu comme mon émission sur MaTV Montréal. Qui étais-je pour prétendre animer une émission – moi qui n’avais pas de diplôme, ni d’expérience dans le domaine?

CE SATANÉ MOUSTIQUE

La raison pour laquelle j’arrive à mener à terme ce que j’entreprends est simple : je ne me laisse pas avoir par le syndrome de l’imposteur. Ce virus mental n’a pas de prise sur moi. C’est ce qui fait que j’aborde mes ambitions avec une dose de confiance.

Mais je sais que plusieurs ont été piqués par ce moustique déplaisant qui injecte le doute :

« Qui es-tu pour réussir? »

« Tu n’as pas assez d’études, il te faudrait un autre diplôme pour entreprendre ce projet. »

« Qui va croire en toi? »

« D’autres ont essayé avant toi et ont échoué, tu ne feras pas mieux. »

« Tu vas faire rire de toi devant les grands de ce domaine avec ta petite idée! »

FAIRE COMME SI

Très jeune, à l’âge de 15 ans, j’ai été en contact avec la technique du « faire comme si ». C’est-à-dire que j’ai appris à agir comme si j’avais déjà le poste souhaité ou comme si mon rêve s’était déjà concrétisé. J’agissais et je prenais mes décisions en fonction d’une réussite certaine à venir.

Cette façon d’être change tout. «Faire comme si » chasse le doute, les questions, les insomnies. Pendant que mon corps, que mon mental et que mon âme sont occupés à jouer le jeu, à se pratiquer, il n’y a pas de place pour le syndrome de l’imposteur.

EN FINIR, POUR DE BON

Mais peut-être n’est-ce pas si facile de s’en débarrasser? Dans cette vidéo, je te propose une stratégie très efficace pour crier « Victoire! » rapidement.

Et si une personne de ton entourage est en proie à ce syndrome, pourquoi ne pas lui partager ce lien, avec un petit mot d’encouragement à l’appui?

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2017 Marie-Josée Arel

Politique de protection de la vie privée | Termes et conditions | Témoignages | Contact

Conception et rédaction : Emmanuelle B. Communications | Réalisation : Bonheur en vrac

Facebook Youtube twitter

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?